Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Techniques d'anesthésie

Evaluation préopératoire

La présence d’un souffle carotidien doit toujours inciter à en rechercher l’importance et la cause. La première étape d’investigation est un scan-Duplex, qui combine un examen bidimensionnel et un examen du flux sanguin (Doppler) ; en cas de lésion présentant une indication chirurgicale, il est complété au besoin par une angio-IRM, un angio-CT ou une angiographie carotidienne.

Certaines affections concomitantes peuvent interférer avec l’anesthésie et se rencontrent fréquemment chez ces patients polyvasculaires. Une hypertension artérielle est présente dans 50 à 75 % des cas ; la plage d’autorégulation du débit sanguin cérébral est alors déplacée vers des valeurs de pression moyenne plus élevées. Le contrôle préopératoire de l’hypertension est capital, car la majorité des patients qui subissent une crise hypertensive postopératoire est des hypertendus non contrôlés [81]. Les statines administrées en préopratoire diminuent de 3-5 fois le risque d’AVC et de décès après chirurgie carotidienne [53].

Le tabagisme (60 % des cas) et le diabète (20 % des cas) sont fréquemment associés à la maladie carotidienne [40]. Un contrôle strict de la glycémie en pré- et en peropératoire est nécessaire pour éviter l’association dangereuse d’hyperglycémie et d’ischémie cérébrale.

L’aspirine et/ou les autres antiplaquettaires (dipyridamole, clopidogrel) que prend la plupart des malades ne sont pas arrêtés en vue de l’intervention. La prémédication comprend les médicaments hémodynamiques habituels, y compris les anticoagulants, les antiplaquettaires et les statines. Si l’intervention est réalisée sous ALR, on n’administre aucune substance psychotrope, en particulier aucune diazépine, car elle pourrait altérer l’interprétation des réponses neurologiques peropératoires. Lorsqu’ils sont prescrits pour une hypertension, les IEC sont en général stoppés la veille. Le malade est à jeûn, mais si l’opération a lieu l’après-midi, il peut boire des liquides clairs (sucrés) le matin.

La suite...