Cardiogramme
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

L’arrêt circulatoire

L’abaissement du métabolisme autorise à interrompre la circulation cérébrale pendant un certain laps de temps. Cependant, il n’y a pas de températures ni de durées que l’on puisse considérer comme sans risque de séquelles neurologiques; seule la probabilité de lésions irréversibles est quantifiable. C’est ce qu’illustre la Figure 18.26, qui résume les durées dites «sûres» d’arrêt complet en fonction de la température [125,128]. Ces durées sont définies par le point d’inflexion de la courbe, auquel correspond une augmentation significative de la probabilité de séquelles neurologiques. Mais il ne s’agit que d’une probabilité: elle n’est jamais nulle, et tout allongement de la durée l’augmente. Un des problèmes de cette notion de «durée sûre» est la difficulté de définir un critère précis dans les résultats neurologiques à court et à long terme. De plus, ceux-ci dépendent largement de l’âge du patient et de son status vasculaire.

Dans la chirurgie de la crosse de l’aorte, qui implique une interruption de la circulation cérébrale, les lésions neurologiques sont fonctionnelles, passagères ou permanentes; elles sont directement proportionnelles à la durée de l’arrêt et à l’âge du patient (> 60 ans). Elles ont une incidence de 3% à 24% des cas [218]. En hypothermie à 18°C, un arrêt de la perfusion cérébrale pendant 35 minutes n’aura probablement pas de conséquences neurologiques, alors qu’un arrêt d’une heure entraîne des séquelles; à cette température, la limite de sécurité se place à environ 45 minutes [143]. Les troubles neurologiques vont des hallucinations et modifications comportementales jusqu’aux convulsions (5-10%), choréo-atétose (1-12%) et coma profond (1.5%).

 

Durée de l'arrêt circulatoire
Durées d’arrêt circulatoire tolérables par le cerveau : 3-5 min à 37°C, 12 min à 28°C, 35 min à 20°C.

 

La suite...