Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Déroulement de la CEC

La CEC est une situation de collaboration pluridisciplinaire intense au cours de laquelle une bonne communication est essentielle au sein de l’équipe. Le chirurgien, le perfusionniste et l’anesthésiste doivent en permanence échanger les informations importantes concernant les manoeuvres chirurgicales, l’hémodynamique et l’administration médicamenteuse. Un groupe de praticiens expérimentés et habiles, habitués à travailler ensemble, réalise des performances excellentes grâce à un team work intégré. Les résultats cliniques dépendent davantage de la qualité de ce travail d’équipe que des techniques utilisées [244]. L’anesthésiste a un rôle capital, car il est stratégiquement positionné pour surveiller à la fois le champ opératoire, la machine d’anesthésie, l’échocardiographe et la machine de CEC. Il centralise les informations sur l’administration liquidienne; il participe aux décisions concernant la transfusion, la gestion hémodynamique et la mise en charge.

Pendant l’insertion de la canule artérielle dans l’aorte ascendante, l’anesthésiste abaisse momentanément la pression artérielle (PAM 50 mmHg) pour éviter toute déchirure de l’aorte. A cet effet, on peut utiliser un halogéné (isoflurane 5%) ou un dilatateur artériel (phentolamine, bolus 1 mg). Le chirurgien procède ensuite à la mise en place de la canule de cardioplégie dans la racine de l’aorte. Enfin, une ou deux canules sont introduites dans l’oreillette droite (Figure 7.30). Cette dernière manoeuvre est souvent mal tolérée hémodynamiquement par le patient: hypotension, baisse brutale du retour veineux, tachy-arythmies sus-jonctionnelles. Pour rétablir la volémie, le plus simple est de perfuser des aliquots de 100 mL de la solution d’amorçage par la canule aortique. Les arythmies cessent dès la cardioplégie.

 

La suite...