Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Les statines

Les inhibiteurs de la 3-hydroxy-3-méthylglutaryl coenzyme A réductase, ou statines, sont très largement utilisés pour leurs effets hypolipémiants, anti-inflammatoires, anti-oxydants et stabilisateurs des plaques athéromateuses. En chirurgie cardiovasculaire, ils présentent trois caractéristiques intéressantes : 1) ils augmentent la production de NO, ce qui diminue l’aggrégation plaquettaire et améliore la fonction endothéliale ; 2) ils diminuent la réaction inflammatoire et endothéliale à la CEC; et 3) ils freinent la prolifération de la musculature lisse, ce qui diminue le risque de resténose après PCI. Les statines sont associées à des effets secondaires musculaires ; la plupart du temps mineurs (faiblesse, crampes myalgies dans 1-5% des cas), ils peuvent aller jusqu’à la rhabdomyolyse et l’insuffisance rénale aiguë (1/107 cas). Dans le postopératoire, il est important de surveiller la créatine-kinase et les transaminases, bien qu’aucun cas n’ait été décrit jusqu’ici.

Les statines offrent une protection majeure contre l’ischémie dans les populations à haut risque. L’utilisation des statines est associée à une réduction de la mortalité et de la morbidité cardiaques opératoires de 20-40% [150,228]. Administrée pendant 30 jours avant et 6 mois après l’opération, l’atorvastatine diminue le taux d’évènements cardiaques de 26% à 8% [66]. Les statines diminuent la mortalité en chirurgie cardiaque (1.9% versus 3.1%) et en chirurgie vasculaire (1.7% versus 6.1%), mais elles ont peu d’effet dans les autres types de chirurgie [114]. En chirurgie cardiaque, elles diminuent non seulement la mortalité (OR 0.57) mais aussi le risque d’AVC (OR 0.74) et celui de fibrillation auriculaire (OR 0.67) [149].

  • La continuation en périopératoire des statines déjà prescrites est formellement recommandée (classe I) ;
  • En chirurgie cardiovasculaire, la prescription est raisonnable, si possible un mois avant l’intervention (classe IIa) ;
  • En chirurgie à risque intermédiaire, les statines peuvent être envisagées chez les patients présentant des facteurs de risque (classe IIb).

L’interruption du traitement provoque un effet rebond dangereux et augmente de trois fois la mortalité et le risque d’infarctus chez les patients souffrant de syndromes coronariens aigus [101]. Malgré les faibles risques de rhabdomyolyse, le rapport entre les bénéfices et les dangers penche nettement en faveur du traitement périopératoire continu. Il est donc recommandé de ne pas interrompre les statines pour l’intervention, et de les reprendre le plus vite possible en postopératoire.

 

Statines préopératoires
Les statines diminuent significativement le risque cardiaque et la mortalité chez les coronariens en chirurgie cardiaque et vasculaire si le traitement préopératoire dure au moins 1 mois
L’interruption des statines augmente la mortalité postopératoire

 

La suite...