Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Introduction

L’évaluation préopératoire est le premier acte de l’anesthésie. Elle a trois buts :

  • Prendre contact avec le malade, lui expliquer les risques et le rassurer ;
  • Le préparer optimalement pour l’opération : investigations cardiologiques, traitement cardioprotecteur, éventuelles interventions préalables ;
  • Prescrire la prémédication.

Les recommandations pour gérer la prise en charge périopératoire sont réparties en quatre classes [137].

  • Classe I : évidence ou consensus que le traitement est bénéfique, utile et efficace.
  • Classe II : divergence d’évidence ou d’opinion concernant l’utilité et l’efficacité d’un traitement ;
    • Classe IIa : le poids de l’évidence penche en faveur du traitement ;
    • Classe IIb : l’utilité et l’efficacité du traitement sont insuffisamment prouvées.
  • Classe III : évidence ou consensus que le traitement n’est ni utile ni efficace, et peut même être nocif.

Les recommandations actuelles sont souvent fondées davantage sur la logique, l’opinion d’experts et le principe de précaution que sur des études d’un haut degré d’évidence. Celles-ci sont rares, particulièrement en chirurgie non-cardiaque. Il est en effet très difficile de procéder à des études randomisées et contrôlées à large échelle dans un domaine où la sécurité du malade est en jeu comme dans la cardioprotection préopératoire. Dans les situation complexes ou nouvelles, on est contraint de fonder sa décision sur le jugement clinique (judgement-based medicine) plutôt que sur des évidences qui n’existent pas encore (evidence-based medicine). On définit trois degrés d'évidence [137 ].

  • Degré A : données fournies par plusieurs essais cliniques randomisés ou leurs méta-analyses ;
  • Degré B : données fournies par un seul essai randomisé ou par plusieurs grandes études non contrôlées ni randomisées ;
  • Degré C : opinions d’experts, études rétrospectives, registres cliniques.

Ce chapitre traitera d’abord de l’évaluation préopératoire en chirurgie cardiaque, puis abordera les problèmes de l’évaluation et de la préparation cardiaques en chirurgie non-cardiaque.

La suite...