Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Conclusions

L’évaluation préopératoire a évolué vers un paradigme mettant davantage de poids sur la préparation et la cardioprotection pharmacologiques plutôt que sur la stratification des risques en multipliant les examens. En effet, un test cardiologique n’est utile que s’il conduit à une modification de la thérapeutique et de la prise en charge périopératoire. La cardioprotection comprend 4 volets :

  • Continuation des médicaments nécessaires à l’équilibre hémodynamique et rythmologique ;
  • β-bloqueurs : mêmes indications qu'en cardiologie;
  • Anti-plaquettaires : les risques liés à leur interruption sont plus élevés que ceux liés au risque hémorragique ; en particulier, l’aspirine en prévention secondaire ne doit jamais être interrompue ;
  • Statines : elles diminuent le risque opératoire des coronariens.

Le contrôle de la fréquence cardiaque (60-65 batt/min) et la stabilité hémodynamique per- et postopératoire sont les éléments-clés de la prévention des accidents cardiaques. Le contexte chirurgical ne modifie en rien les indications à la revascularisation coronarienne, qui sont essentiellement le syndrome coronarien aigu et l’angor réfractaire, mais non la coronaropathie stable.