Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Sténose tricuspidienne

La sténose tricuspidienne est due essentiellement au RAA, le plus souvent associée à des lésions valvulaires gauches. Elle peut aussi être congénitale ou survenir dans le syndrome carcinoïde (associée à une lésion de la valve pulmonaire) et dans l’endomyofibrose (associée à une dysfonction systolo-diastolique) . La valve présente des fusions commissurales et un aspect restrictif avec des mouvements limités ; elle prend la forme d’un dôme en diastole (doming) ; l’appareil sous-valvulaire est raccourci et épaissi (Figure 26.46).

L’OD est dilatée (diamètre > 5 cm) de même que la veine cave inférieure (> 2 cm) et les veines sus-hépatiques. Le flux diastolique est accéléré (> 1.0 m/s) et turbulent. Le seul critère spécifique de la sténose tricuspidienne significative est un gradient moyen > 5 mmHg, alors que le gradient moyen normal est < 2 mmHg [84] ; un ∆P moyen > 7 mmHg correspond à une sténose sévère (S ≤ 1 cm2). Le Pt1/2 se calcule comme pour la mitrale, mais avec une constante de 190 au lieu de 220 (S = 190/Pt1/2).

  • Sténose mineure ∆Pmoy 2 mmHg
  • Sténose modérée ∆Pmoy 2-6 mmHg
  • Sténose sévère ∆Pmoy > 7 mmHg

 

Sténose tricuspidienne
Déformation en dôme, mouvements restrictifs, dilatation de l’OD, de la VCI et de la VCS
Sténose sévère : ∆Pmoy > 7 mmHg (S ≤ 1 cm2)
Calcul de surface par temps de demi-pression : S = 190/Pt1/2

 

 

La suite...