Cardiogramme
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Traumatisme thoracique fermé

Dans le traumatisme thoracique fermé, un élargissement du médiastin, un hémothorax et un mécanisme compatible avec une déchirure aortique ou une contusion cardiaque sont des indications à procéder une investigation transoesophagienne, car la voie transthoracique est peu performante pour mettre en évidence les lésions aortiques [143].

  • Contusion myocardique ; elle concerne le plus souvent la paroi libre du VD. Elle est caractérisée par une augmentation de l’épaisseur et de l’échogénicité locales du ventricule en diastole, des altérations de la cinétique segmentaire (paroi libre du VD, paroi antéro-septale ou apicale du VG), une insuffisance valvulaire aiguë par rupture de cordages tricuspidiens (pas d’indication opératoire en urgence) ou mitraux (réparation chirurgicale possible), un hémopéricarde.
  • Tamponnade ; l’accumulation de sang est en général circonférentielle, mais des thrombi localisés peuvent comprimer sélectivement une cavité et n’apparaître que dans certains plans de coupe (nécessité d’un examen complet) (voir Figure 27.60). Des images échocardiographiques de compression et une tachycardie persistante non expliquée par la douleur sont une indication formelle au drainage chirurgical en urgence.
  • Rupture aortique ; elle survient principalement à la racine aortique (hémorragie intrapéricardique et décès le plus fréquemment sur le lieu de l’accident) et à l’isthme (limite entre la crosse mobile et l’aorte descendante fixée à la colonne vertébrale) où la déchirure est le plus souvent partielle. Images habituelles : épaississement ou dédoublement de la paroi, rupture partielle, déchirure intimale, absence de pulsatilité, extravasation au flux Doppler (voir Figures 27.87, 27.88 et 27.89). La sensibilité et la spécificité de l’ETO, de l’IRM et du CT-scan spiralé sont voisines (environ 95%), mais l’ETO est plus performante pour les petites déchirures intimales suseptibles d’être traitées par endoprothèse ; elle offre une évaluation dynamique (fonction ventriculaire, IA) et peut être rapidement réalisée au lit du malade. Le CT-scan spiralé, qui implique de déplacer le malade, permet de visualiser tous les organes thoraco-abdominaux mais de manière statique.
  • Déchirure de la valve aortique ; insuffisance aortique majeure entraînant une dilatation et dysfonction du VG.
  • Lésion perforante lors de cathétérisme ou de péricardiocentèse.

Lorsque le traumatisme thoracique est associé à une lésion cervicale, la plus extrême prudence est de rigueur pour l’introduction de la sonde. En cas de lésion pharyngo-oesophagienne, l’ETO est formellement contre-indiquée.

 

La suite...