Cardiogramme
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Echocardiographie en soins intensifs

L’échocardiographie est d’un apport hautement significatif en médecine intensive. La technique transthoracique est la plus rapide et la moins invasive, mais les fenêtres d’accès sont souvent limitées, particulièrement chez les patients en ventilation contrôlée avec un haut niveau de PEEP et chez les patients chirurgicaux : immobilisation sur le dos, pansements, drains thoraciques, fils de pace-maker, pneumothorax, etc ; dans ces conditions, le taux d’échec voisine 25% [7]. Lorsqu'il est praticable, l'examen transthoracique est préférable chez les patients en respiration spontanée. Il permet de diagnostiquer une tamponnade circonférentielle, une dysfonction droite ou gauche et une ischémie myocardique; il devient la seule issue possible lorsque l'ETO est contre-indiquée (lésion cervicale traumatique, lésion cancéreuse ou chirurgicale de l'oesphage). La voie transoesophagienne permet une visualisation idéale, mais réclame une sédation profonde et n’est facile que chez un malade intubé. Elle seule permet de diagnostiquer une hypovolémie, une tamponnade localisée, une dissection aortique, un FOP, une endocardite ou une source d'embolie artérielle. L'ETO est le meilleur examen pour rechercher la cause d'une hypotension inexpliquée, et pour évaluer le fonctionnement des valves natives ou des prothèses valvulaires.

Un des éléments carctéristiques de la situation des soins intensifs est de devoir répéter l'examen ETO à plusieurs reprises poiur suivre l'évolution du malade. Comme on ne peut guère laisser à demeure une sonde de la taille de celle d'ETO, il est clair que l'examen transthoraciuque a une place capitale dans les situations qui réclament des échocardiographies itératives.

 La suite...