Cardiogramme
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Echocardiographie au déchocage

Au déchocage comme en soins intensifs et en salle d’opération, l’ETO a une place de choix dans le diagnostic des instabilités hémodynamiques réfractaires chez les malades intubés (voir Tableau 25.5) : choc cardiogène (insuffisance ventriculaire, infarctus myocardique), choc hypovolémique, choc restrictif (tamponnade), embolie pulmonaire, valvulopathie aiguë, etc. Dans les cas de réanimation avec massage cardiaque externe, l’ETO offre des images de meilleure qualité que la voie transthoracique et n’oblige pas à interrompre les manoeuvres pour obtenir des images ; l’échocardiographie oriente les décisions thérapeutiques de réanimation dans 80% des cas [17]. En salle d’urgence, il existe deux situations particulières dans lesquelles l’ETO a un impact significatif : le traumatisme thoracique fermé et la dissection aortique.

Même en urgence, il est capital de toujours procéder à un examen complet suivant les 12 vues recommandées (Figure 25.59, Figure 25.60, et Figure 25.61). Ce n’est qu’après avoir acquis une vue d’ensemble de la situation cardiologique que l’on porte son attention sur les points susceptibles de confirmer le diagnostic suspecté. En effet, dans 20% des cas l’ETO révèle une lésion différente de celle qui était attendue. Les artéfacts comme des side-lobes ou des reverbérations sont fréquents parce que l’aorte thoracique étant très échogène et très proche du transducteur oesophagien ; ils sont particulièrement traîtres lors de suspicion de lésion aiguë de l’aorte. Alors que ces artéfacts se modifient ou disparaissent selon les vues, les lésions structurelles sont visibles dans plusieurs plans de coupe, ce qu’il faut rechercher systématiquement.

Comme pour les soins intensifs, le problème de la formation des urgentistes en échocardiographie oscille entre une formation complète et une formation rapide et focalisée (FAST : Focused Assessed Sonography in Trauma). L’utilisation des ultrasons au déchocage en plus d'un examen cardiaque, comprend aussi un examen thoracique, abdominal et vasculaire. La formation doit inclure ces différentes applications.

La suite...