Cardiogramme
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Artéfacts physiques

De nombreux artéfacts liés aux interférences entre les US et les tissus peuvent induire l’observateur en erreur. Les trois principaux sont occasionnés par la présence de matériel très échogène (caclifications, matériel prosthétique) dans ou à proximité du champ de balayage des faisceaux ultrasonores.

  • Réverbération. Un objet très échogène proche du transducteur renvoie un écho si puissant qu’une partie de celui-ci est réverbérée par la surface du transducteur et se trouve renvoyée en direction de l’objet, qui donne un deuxième écho. Comme le temps mis à recevoir ce deuxième écho est le double de celui mis pour recevoir le premier, le processeur l’assimile à un objet situé au double de la distance du premier. Il construit donc une deuxième image de l’objet à une distance double. Ce phénomène est fréquent avec les calcifications de l’aorte ou de l’anneau mitral, et avec des objets comme les canules ou les cathéters (Figure 25.18A) (Figure 26.54A).
  • Faisceau latéral aberrant (side-lobe). Les transducteurs à décalage de phase émettent des faisceaux accessoires de très faible intensité en périphérie du faisceau principal, appelés side-lobes. Ils ne donnent normalement aucune image, mais s’ils rencontrent un objet très échogène comme des calcifications, ils sont susceptibles de créer une image en trace semi-circulaire centrée sur le capteur lors du balayage (Figures 25.18B).
  • Réfraction. Certaines surfaces créent une réfraction, déviant les US de leur axe principal. L’écho en retour va subir la même modification de sa course, si bien que des objets situés à l’extérieur du faisceau de lecture peuvent apparaître à l’intérieur du champ. Ceci concerne essentiellement des cibles très échogènes.
  • Cavitation. L’alternance de compression et de raréfaction que représente une onde d’ultrason crée localement des décompressions qui peuvent suffire à diminuer la solubilité des gaz et faire apparaître des microbulles éparses dans le courant sanguin ; à ce phénomène s’additionne la présence de micro-embolies gazeuses dues aux perfusions plus froides que le sang, car la solubilité des gaz diminue lorsque la température augmente.

D’une manière générale, ces artéfacts sont identifiables parce qu'ils ne respectent pas les limites anatomiques des cavités, donnent l’impression de traverser les parois, et ne se meuvent pas en phase avec les structures au sein desquelles ils apparaissent. Ils se modifient lorsqu’on change la profondeur, le gain ou le plan de coupe.

 

Artéfacts physiques
Reverbération : image doublée d’un objet très échogène à une profondeur double de celle de cet objet
Faisceau latéral (side lobes) : trace semi-circulaire générée par un objet très échogène périphérique
Réfraction : déviation des US qui fait apparaître dans le champ un objet situé à l’extérieur de lui
Cavitation : diminution locale de la solubilité des gaz dans les phases de décompression de l’onde ultra-sonore et dans les zones de température plus basse

 

La suite...