Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

La cyanose

La cyanose est liée à trois phénomènes :

  • Shunt D-G avec mélange de sang artérialisé et veineux avant l’éjection systémique ;
  • Bas débit pulmonaire ;
  • Bas débit cardiaque.

Lorsque du sang veineux contamine massivement le sang artérialisé, la SaO2 ne dépend plus seulement de la ventilation et du transport d’O2, mais aussi des facteurs qui modifient la SvO2 comme la consommation tissulaire d’O2 (VO2) et le débit cardiaque systémique. Dans le shunt D-G, le rapport entre l’impédance pulmonaire et l’impédance systémique (RAP/RAS) détermine le rapport Qp/Qs et définit le degré de cyanose. Lorsque la désaturation artérielle est due à un shunt, l’augmentation de la FiO2 a très peu d’influence sur la SaO2. Si le débit systémique est trop faible, comme dans une hypoplasie aortique, la SvO2 est effondrée et le débit pulmonaire ne permet plus de saturer le sang veineux.

Dans le shunt D-G, le sang qui court-circuite les poumons correspond à une augmentation du mélange veineux (effet espace-mort) au niveau des échanges gazeux. La pression télé-expiratoire de CO2 (PetCO2) sous-estime donc la PaCO2 réelle. Ces patients conservent une réponse ventilatoire normale à l’hypercarbie, mais ont une réaction amoindrie à l’hypoxémie [43]. Ils hyperventilent chroniquement pour compenser la faible épuration de CO2. Leur capacité d’exercice maximale est proportionnelle au flux pulmonaire ; leur VO2 n’augmente que très progressivement à l’effort.

Pour que le transport d’O2 (DO2) puisse correspondre à la VO2, l’hématocrite (Ht) augmente, parfois au-delà de 65% ; malheureusement, le transport d’oxygène baisse dès que l’hématocrite dépasse 60% en raison de l’augmentation de la viscosité sanguine et du travail cardiaque. Le risque de thrombose est élevé ; la perfusion tissulaire, lente et appauvrie, est très sensible à la déshydratation et au froid.

La cyanose dépend de la concentration absolue en hémoglobine désaturée et se manifeste pour une quantité d’hémoglobine réduite supérieure à 50 g/L; plus l’hémoglobine est concentrée, plus la cyanose apparaît tôt lors de désaturation; en cas d’anémie ou d’hémorragie, son apparition tardive peut induire l’anesthésiste en erreur:

  • Pour Hb = 100 g/L : cyanose si SaO2 < 50%
  • Pour Hb = 150 g/L : cyanose si SaO2 < 67%
  • Pour Hb = 200 g/L : cyanose si SaO2 < 75%

D’autre part, la cyanose apparaît plus tard chez le nouveau-né parce que l’hémoglobine fœtale est davantage saturée que l’Hb adulte à la même PaO2. La présence d’une coarctation préductale confine la cyanose à la partie inférieure du corps.

Les maladies cyanogènes ont des effets multisystémiques majeurs.

  • Effets hématologiques: augmentation de la masse et de la rigidité des érythrocytes (microsphérocytose due au manque relatif en fer), hyperviscosité, occlusions microvasculaires, lithiase biliaire secondaire à un excès d’anneau hème à métaboliser. Le risque thrombo-embolique est élevé.
  • Effets sur la coagulation: diathèse hémorragique due à une diminution du facteur de von Willebrand et des facteurs dépendants de la vitamine K, à une fibrinolyse primaire, et à une diminution de la fonctionnalité des plaquettes [272]. La thrombocytopénie n’est en général qu’apparente, due à l’augmentation de la masse des globules rouges. Les mesures de TP et TPT sont erronées lorsque l’Ht est supérieur à 55%, à cause de l’excès relatif de citrate dans les tubes de prélèvement par rapport à la réduction du volume plasmatique du malade [66]. Le risque hémorragique est élevé.
  • Augmentation du risque infectieux: endocardite, abcès cérébral, pneumonie; la prophylaxie antibiotique est recommandée chez tous les patients cyanotiques [22,248].
  • Effets myocardiques: dysfonction ventriculaire chronique (systolique et diastolique) et risque ischémique accentué.
  • Effets rénaux: l’hypoxémie entraîne une prolifération cellulaire dans les glomérules et un épaississement des membranes basales; il s’ensuit une protéinurie et une augmentation de l’acide urique; ce dernier est un bon marqueur de l’hémodynamique rénale chez les enfants cyanosés [234].
  • Effets neurologiques: le taux d’abcès et d’accidents vasculaires cérébraux est augmenté chez l’enfant [212]. Les embolies paradoxales sont toujours à craindre lors de shunt D-G ou bidirectionnel, particulièrement lors des nombreuses injections intraveineuses durant l’anesthésie.

 

Cyanose et hypoxémie
Causes de la cyanose (SaO2 < 85%) : shunt D-G ou bas débit pulmonaire. Augmenter la FiO2 est sans effet. Conséquence du DO2 abaissé : augmentation de l’Ht (55-70%). La cyanose est d’autant plus marquée que l’Ht est élevé. Risque majeur : thrombose en cas de sous-hydratation.
Effets systémiques de la cyanose :
- Risque thrombo-embolique élevé
- Altérations de la coagulation
- Dysfonction ventriculaire
- Risque infectieux élevé
- Dysfonction rénale
Effet du shunt D-G ou bidirectionnel : embolies paradoxales


La suite...