Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Introduction

L’insuffisance cardiaque est une notion un peu vague groupant l’ensemble des conditions hémodynamiques dans lesquelles le débit cardiaque ne suffit plus à satisfaire les besoins énergétiques de l’organisme, à l’exercice comme au repos. D’une part, les besoins varient avec le stress, le traumatisme, la douleur, le sommeil ou la pathologie (hyperthyréose, sepsis, etc) ; ils sont modifiés par les cardiopathies et par l’anesthésie. D’autre part, le terme d’insuffisance cardiaque n’est pas synonyme de défaillance ventriculaire comme on le sous-entend d’habitude. Dans ce chapitre, nous parlerons d’insuffisance ventriculaire pour souligner que nous aborderons le sujet sous son angle uniquement cardiologique et que nous nous concentrerons sur la dysfonction des ventricules à l’exclusion des autres aspects responsables d’un débit cardiaque inadéquat.

On peut distinguer trois différents types d’insuffisance ventriculaire.

  • L’insuffisance systolique : l’éjection ventriculaire proprement dite n’assure plus les besoins hémodynamiques en pression et/ou en volume (Forward failure) ; la symptomatologie est dominée par l’intolérance à l’effort, la fatigue et la dysfonction éventuelle des organes-cibles. La stase occasionnée en amont de la pompe ventriculaire caractérise l’insuffisance congestive.
  • L’insuffisance diastolique : la fonction diastolique étant la capacité du ventricule à accommoder un remplissage adéquat sous un régime de pression basse et sur un vaste éventail de conditions de charge, l’insuffisance diastolique se définit comme une résistance au remplissage ventriculaire (Backward failure). Ceci conduit à une stase en amont, cliniquement caractérisée par de la dyspnée lors d’insuffisance diastolique gauche et par des oedèmes périphériques lors d’insuffisance diastolique droite. Alors que la dysfonction systolique s’accompagne en général d’un certain degré de dysfonction diastolique, l’inverse n’est pas vrai : plus du tiers des malades en insuffisance cardiaque congestive souffre en réalité d’insuffisance diastolique isolée, qui se caractérise par une stase pulmonaire et une fraction d'éjection conservée (heart failure with preserved ejection fraction, HFpEF)[347,363]. L'insuffisance diastolique du VD est pour l'instant très difficile à définir et à diagnostiquer.
  • L’insuffisance restrictive: l’amplitude de mouvement du coeur est diminuée par la compression péricardique (péricardite constrictive, tamponnade) ou par la compression thoracique (manoeuvre de Valsalva, PEEP excessive, épanchement pleural, pneumothorax).

La suite...