Cardiogramme Echographie Salle d'opération Salle d'opération
Logo   Accueil | Table des matières | Téléchargements | Liens |   Mentions légales   | Contact |Abréviations
Logo  

Conclusions

Le vieillissement de la population et l’extension de la chirurgie à des malades à risque de plus en plus élevé amènent fréquemment l’anesthésiste à prendre en charge des patients en insuffisance ventriculaire. Une bonne compréhension des mécanismes physiopathologiques, une préparation intensive des malades et un choix perspicace de la technique d’anesthésie permettent d’obtenir des résultats satisfaisants. Une adaptation pharmacologique adéquate et un contrôle rigoureux des paramètres hémodynamiques sont essentiels au succès de l’opération.

Des interventions majeures peuvent être courronnées de succès chez des malades en insuffisance ventriculaire compensée pour autant qu’il ne se passe aucun incident ni aucune déviation hémodynamique significative. Ces patients sont compensés dans la situation de base, mais ont perdu toute réserve fonctionnelle (Figure 12.39) [71]. Il s’agit donc de les maintenir le plus près possible de leurs conditions de repos et de ne rien leur imposer qui ressemble à un effort, car ni leur volume systolique ni leur débit cardiaque ne peuvent augmenter. D’où une stratégie d’anesthésie proactive fondée sur une correction immédiate de toute déviance hémodynamique et sur une anticipation des problèmes qui pourraient survenir.